Pourquoi et comment faire son propre compost ?

Vous avez un jardin dans votre maison où vous cultivez vos propres légumes ! Après la récolte, d’importantes quantités de déchets verts sont produites, et vous ne savez pas comment les traiter ! Le compostage est une activité simple qui facilite la réduction et la gestion des déchets verts et des ordures ménagères. Il contribue ainsi à la préservation de l’environnement et de l’écologie des organismes vivants dans le milieu. Le compost obtenu à partir de ces déchets de jardin et de cuisine constitue un engrais naturel, riche en matière organique, azote et éléments minéraux. Ainsi, faire son propre compost présente de nombreux avantages en plus d’être naturel, facile à réaliser et économique.

Quels sont les avantages à faire soi-même son compost ?

Dans l’environnement, le traitement de tous les matériaux organiques, végétaux et animaux génère de l’humus dont se nourrissent les plantes. Ce schéma transposé dans le compostage produit un engrais de qualité à partir de déchets d’origine végétale ou animale décomposés par les micro-organismes (bactéries et champignons) adéquats. La production de son propre compost a plusieurs avantages, à savoir :

  • Amélioration de la fertilité des sols et renforcement de la réserve d’humus dans la terre ;
  • Réutilisation des éléments prélevés auparavant du sol par la cueillette ou le désherbage ;
  • Réduction des émissions de gaz à effet de serre et lutte contre les phénomènes de ruissellement ;
  • Diminution des déchets et, par conséquent, du nombre de décharges ;
  • Production d’un engrais naturel, économique et non chimique ;
  • Production de récolte abondante et de qualité.

Comment faire son propre compost ?

Pour fabriquer soi-même du compost, il est nécessaire de passer par plusieurs étapes. Dans un premier temps, il faut localiser la partie du jardin à consacrer à cela. Une fois l’emplacement déterminé, il faut procéder au retournement du sol pour faciliter l’action des bactéries. Vous avez la possibilité de construire vous-même un composteur en faisant un trou profond et en installant les matériaux, ou de l’acheter dans un magasin adéquat. Dans un second temps, vous procédez à la formation des différentes couches de débris végétaux avec des épaisseurs de 20 à 30 cm. Prenez la peine de commencer par ceux qui sont secs comme les feuilles mortes, la paille, etc. Ajoutez ensuite une couche de matière végétale fraîche, si possible sans graines. Vous pouvez aussi insérer entre les couches de débris végétaux, les ordures ménagères autorisées, une petite quantité de cendre de bois, riche en potasse, qui participera à l’activation de la décomposition. Il faut arroser les couches de déchets pour les maintenir humides au cours de la phase de maturation. Enfin, vous ajoutez pour finir une couche de paille, de feuilles mortes, etc. pour faire couler facilement les pluies très abondantes.

Laisser un commentaire